Cordée de la réussite : voyage en Andalousie

andaoudir

Programme pédagogique du voyage à Séville
10 au 14 mars 2015

 

lynx 

Le lynx pardelle, également appelé lynx d'Espagne, ou lynx ibérique (nom scientifique : Lynx pardinus) est un lynx qui ne vit dans le Sud-Est de l'Espagne, en Andalousie, sur deux sites : le parc national de Doñana, et près d'Andújar, dans l'est de la Sierra Morena. On estime qu'il reste moins de 140 lynx pardelles vivant dans la nature: c'est l'un des félins les plus menacés de disparition

- Jour 1 : Mardi 10 mars (nuit à Malaga)

Matin : Rendez-vous CDG Terminal 2D à 5h45
   Décollage à 6h55machin
   Arrivée à Malaga à 9h30- navette vers le centre ville : Auberge de jeunesse « Feel hostel Soho Malaga » 
Midi   : Pique-nique sur la plage de Malaga
  14h-17h : Visite guidée de l’aquarium, Aula del Mar Alborania
  19h  : Dîner restaurant
  22h  : Couvre-feu

- Jour 2 : Mercredi 11 mars (nuit à Séville)

  1. 9h : Départ pour Séville (220 km )
     11h : Arrivée à l’Auberge de jeunesse « Oasis palace Sevilla »
     12h : Pique Nique
     15h : Visite de l’Alcazaralcazar
     18h : Temps libre (déambulation citadine accompagnée)
    Soirée : Dîner, sortie accompagnée Barrio Santa cruz

 

 omeyade

 

- Jour 3 : Jeudi 12 mars (nuit à Séville)

9h : Départ pour Cordoue photovoltaique(220 km ) avec 10 lycéens espagnols
11h30 ou 15h visite de la Mosquée des Omeyyades 
12h : Déjeuner panier-repaselToro
14h : Visite de l'ancien quartier juif
18h : Retour à Séville et dîner

 

- Jour 4 : Vendredi 13 mars (nuit à Malaga)

Matin : Rencontre avec les lycéens espagnols de Coria
Après midi : Accueil dans un puebla et visite d'un parc naturel
Déjeuner et dîner à Coria
20h : Départ pour Malaga (150 km )moulinAvent

- Jour 5 : Samedi 14 mars

 09h  :  Visite de l’Alcazaba de Malaga
12h :  Déjeuner
15h45 : Navette aéroport
20h40 : Arrivée Paris CDG

 

Séjour organisé dans le cadre des cordées de la réussite
par les enseignants de 1.ES3, S. Arbizu, F. Morel, H. Labarthe,
avec le concours de l'université Paris 8

 

PODEMOS, une alternative politique en Espagne

 Bonjour, nous sommes des élèves d'une classe de première économique et sociale du lycée Eugène Delacroix de Drancy.  Dans le cadre du projet de développement durable et solidaire que nous menons depuis le début de l’année dans notre classe, nous sommes allés 5 jours en Andalousie (Espagne) au mois de mars. Là-bas nous avons pu rencontrer les élèves de Coria del Rio (petite ville à 16 Km de Séville) avec qui, auparavant nous avions déjà échangé sur les actions à mener au lycée à travers la plateforme e-twinnings. Pendant ce voyage, nous avons parcouru l’Andalousie et visité la mosquée de Cordoue, puis le palais de l’Alcazar à Séville ainsi que l’Alcazaba de Málaga.

 Sachant que les élections régionales en Andalousie allaient avoir lieu juste après notre voyage en Espagne (le 22 mars 2015), et face aux difficultés économiques et sociales rencontrées par beaucoup d'espagnols, nous nous sommes plus particulièrement intéressés au nouveau mouvement politique Podemos. À l'occasion d'un des derniers rassemblements politiques, nous avons réalisé un micro-trottoir, pour mieux saisir l’opinion qu’ont les espagnols sur ce mouvement. Pablo Iglésias, âgé d'à peine 36 ans, est un enseignant-chercheur en sciences politiques et à la fois le dirigeant du Podemos. Ce mouvement est actuellement, selon les sondages, devant le parti socialiste sur le plan national. Par aillieurs, Podemos s’inscrit dans la continuation du mouvement des Indignés qui avait secoué l’Espagne, le 15 mai 2011.podemos1

 Anticapitaliste, ce nouveau mouvement qui n'est pas un parti classique mais une agrégation de groupes contestataires espagnols propose la hausse de la taxation des plus riches et la semaine des 35 heures. De plus, il va renouveler la politique en Espagne, gangrenée par la corruption et les scandales financiers, tourner le dos à l’austérité et instaurer de nouvelles bases sociales et écologiques. Ce parti fait aussi une critique intéressante de la Transition espagnole après la dictature -toujours vanté comme un modèle idéal de passage vers la démocratie- mais qualifié par Podemos de “verrou du régime franquiste”; ils annoncent déjà un processus constitutionnel pour l’instauration d’une IIIe République en Espagne. Le leader du mouvement compte bien profiter de la victoire de Syriza en Grèce pour mobiliser plus encore le peuple espagnol autour de ces idées.

 

À l'occasion d'un meeting du parti Podemos qui s'est tenu le 14 mars à Málaga nous avons interrogé de simples curieux, des militants, des opposants qui ont bien voulu jouer le jeu d'un micro-trottoir. Ainsi, nous leur avons demandé : Que pensez-vous de Podemos ? Avez-vous peur  de l’inexpérience de ce nouveau parti ? Soutenez-vous Podemos ?  Participez-vous à certains rassemblements ? Voici les questions que nous avons évoqué lors de notre petite enquête.

podemos2Par exemple, nous avons rencontré plusieurs personnes qui se sont exprimées très réservé vis à vis de Podemos comme Luis, qui nous a confié se sentir proche des Indignés mais qui pense que « ce nouveau parti n’a pas assez d’expérience pour pouvoir diriger un gouvernement ». En revanche nous avons aussi rencontré des personnes qui soutiennent Podemos puisque selon eux l’Espagne à besoin de changement : «c’est toujours les mêmes aux pouvoirs et Podemos est le futur de l’Espagne ».  Cependant beaucoup de personnes n’avait pas d’opinion en ce qui concerne cette actualité politique.

Delani, rédactrice pour les élèves de PES3

 

 

Les élèves de première ES Interviewent des participants lors d'un meeting du parti Podémos à Malaga.

 

L’histoire comme enjeu contemporain de Cordoue à Istanbul

D'après, l'AFP du 06/02/2015 et Libération 25/03/2014
Les deux monuments historiques emblématiques de Cordoue et d’Istanbul ont des caractéristiques communes. Au delà des 4 000 km qui les séparent ces deux villes au patrimoine exceptionnel raconte une même histoire. Nous étudierons leur actualité en nous focalisant sur leurs points communs et leurs différences.cordou

La mosquée-cathédrale de Cordoue était une mosquée convertie en cathédrale en 1236 par les Castillans contrairement à la basilique Sainte-Sophie qui était la basilique de Constantinople jusqu’en 1453, lorsque la ville fut conquise sous l’empire Ottoman plus précisément par le Sultan Mehmet. Celui-ci a converti ce monument en mosquée qui est par la suite devenu au XXe siècle un musée.
Ces deux monuments riches en histoire ont subi plusieurs modifications durant leur conversion respective, mais partagent un plan architectural étonnamment proche. Autrefois, le minaret de la mosquée de Cordoue qui servaient à l’appel à la prière, sert aujourd’hui de clocher dans la cathédrale espagnole. La mosquée Saint-Sophie fondée sur les plans de l'ancienne basilique a servi paradoxalement de modèle aux autres mosquées sur les territoires de l'ancien empire ottoman et au delà de son effondrement après la première guerre mondiale. Ces deux monuments ont été reconnus comme patrimoine mondial à l’Unesco en 1984 pour Cordoue et 1985 pour Istanbul, ce qui renforce leur attractivité et en font des éléments incontournables de l'économie touristique des deux villes.istamboul

Même s'ils ont tous deux perdu leur vocation strictement religieuse, ces deux monuments sont aujourd'hui, l'un comme l'autre instrumentalisés à des fins politiques par les institutions politiques ou religieuses des deux pays respectifs. Leur réappropriation culturelle et religieuse est au service dans les deux cas de l'idéologie conservatrice mais aussi nationaliste quitte à nier le Mille-feuille architectural et historique que représentent ces monuments. Plutôt que de mettre en exergue le syncrétisme que renferment leurs murs, ils semblent voués à demeurer des marqueurs, des symboles identitaires. Les messes au sein de la cathédrale de Cordoue et les appels à la prière que certains appellent de leurs vœux dans l'enceinte de la mosquée d’Istanbul se répondent tout en s'ignorant.

 


Simran, rédactrice pour les élèves de PES3

 Pratiques éco-responsables en Andalousie

1es3-2015 Depuis le début de l'année, en classe de première ES, nous participons à un projet «développement durable». Tous les lundis, nous nous réunissons pour initier, fonder les bases d' une démarche éco-responsable et solidaire au sein de l'établissement. Plusieurs groupes se sont constitués et chacun d'eux a choisi un thème bien précis. Un premier groupe a travaillé sur la « seconde vie » des équipements informatiques (ordinateurs non utilisés par exemple), le deuxième a étudié sur la question du gaspillage des aliments à la cantine et du compostage des déchets verts, le troisième sur la question de la récupération des eaux de pluie et le dernier sur la mise en place du tri sélectif au lycée.

Ces projets sont destinés à rendre le lycée Eugène Delacroix plus agréable à vivre et les conduites de chacun plus respectueuses de l'environnement. Dans le cadre de ce projet, nous sommes allés 5 jours en Andalousie (Espagne). Là-bas nous avons pu rencontrer les élèves de Coria del Rio (petite ville à 16 Km de Séville) avec qui, auparavant nous avions déjà échangé sur les actions à mener au lycée à travers la plateforme e-twinnings. Pendant ce voyage, nous avons visité certaines villes Andalouses et en avons profité pour interroger les jeunes espagnols sur leur démarche en faveur du développement éco-responsable et partager nos connaissances autour de ces problématiques.ecoResponsable

 

 


En Espagne, plus de 45% de l'électricité provient de l' énergie renouvelable avec une contribution importante de l'Andalousie. Nous avons pu nous en apercevoir en découvrant les sites éoliens et plus particulièrement la centrale solaire thermique à concentration Gemasolar.
EcorRespnsable2D'autre part, le voyage nous a permis aussi de découvrir des formes de recyclage différentes de celles pratiquées en France. Il existe dans les rues des grandes villes andalouses des systèmes de collecte classiques mais aussi de nombreux sites de tri d'huile usagée. L'originalité de cette démarche nous a interpellée, car jamais en France nous avions vu de système de recyclage pour huile usagée.


Ce voyage nous a ainsi permis de découvrir des pratiques alternatives de production, de gestion de l'énergie d'une grande ampleur puisque la seule centrale Gemasolar fournie de l'électricité à 27 000 foyers mais aussi de constater que la sensibilisation aux enjeux du réchauffement climatique  s'inscrit peut-être davantage dans le quotidien des espagnols.

Mamou, Djénaba, Michelle , Kahena , élèves de première ES3