Le volet culturel de l’Atelier Sciences Po : à la découverte de la danse 1/4

photo1Le mercredi 10 janvier, les élèves de l’Atelier Sciences Po se sont rendus au Centre National de la Danse (CND) dans le cadre du projet culturel « Combattre l’autocensure dans l’accès à la culture dominante ».

Ce projet subventionné par la Région Île de France et la Direction des Actions culturelles du Rectorat de Créteil (DAAC) est mené par Mme Alexis, professeure-documentaliste et M. Morel, professeur de SES et coordonnateur du dispositif. Il a pour but de sensibiliser les élèves à l’expression artistique en s’appuyant sur la rencontre avec des professionnels du milieu culturel et la découverte d’expositions et spectacles vivants pour forger un regard critique de spectateur.

 

 

Le début de la journée s’est déroulée à la médiathèque du CND et a débuté par l’intervention de Charlotte Imbault, ancienne rédactrice en chef du magazine Mouvement et critique de danse.

photo2

Après avoir expliqué son parcours (études de danse et de journalisme, différents rôles dans le journalisme culturel...) Charlotte Imbault a fait le point sur les différents métiers et statuts dans le journalisme (rédacteur en chef, pigiste, secrétaire de rédaction ...), sur le fonctionnement d’un journal (financement, comité de rédaction, nombre de tirages...), l’organisation d’un journal (chapô, types d’articles). Elle a aussi expliqué aux élèves les règles d’écriture de l’article et en particulier de la critique : règle des 4 W, l’importance de l’angle (point de vue), s’appuyer sur l’objet-spectacle et écrire sur ce qui a été apprécié, sur la composition d’un article (expression du point de vue dans le titre, la phrase d’accroche, la relance et la chute), les outils de développement de l’angle (description, contextualisation/référence, interprétation, évaluation), le vocabulaire spécialisé (fond de scène / avant-scène - cour/jardin - les cintres..)
A suivi un échange sur la notion de spectacle de danse au cours duquel, la journaliste a développé sur les festivals du spectacle vivant (Festival d’automne, Avignon..), et évoqué, selon les interventions et questionnements des élèves sur la norme classique ou la notion de narration en danse, certains grands noms de la danse (Cunningham, Jérôme Bel, Cédric Andrieu).
Elle a aussi présenté les évolutions depuis le ballet de Louis XIV avant de laisser les élèves s’approprier 4 critiques de spectacles de buto et comprendre les différents types d’articles critiques, selon le type de journal, l’époque et l’angle choisi par le journaliste.

 

Après la pause déjeuner, une visite du bâtiment a été menée par Ludovic Pereira, chargé des relations publiques du CND.

photo multiple

 

Ses explications sur la rénovation du lieu depuis sa construction en 1972 par Jacques Kalisz, ses anciennes fonctions et le rôle du Centre National de la Danse au niveau national pour l’ aide et soutien à la diffusion de la création de la danse contemporaine ont permis aux élèves de se rendre compte de l’importance et de la particularité de ce lieu et d’apprendre toutes les activités à leur disposition à deux pas de chez eux : spectacles, centre de documentation, performances, ateliers de Danses partagées seront des découvertes certainement bientôt !

 

 La dernière partie de cette immersion a été la conférence dansée préparée par Ana Rita Theodoro. Cette chorégraphe de Lisbonne a présenté pour la première fois cette création sur sa rencontre avec Yoshito Oono, maître du bûto. A travers sa mise en scène et le livret entouré d’un tenugi (tissu japonais) remis en début de séance, les élèves ont pu découvrir un type d’expression très éloigné de leur vision de la danse ainsi que le monde d’un homme emblématique de ce mouvement.

 

 Cette expérience a ainsi permis aux élèves de revêtir le rôle d’un critique et de participer aux adaptations qu’Ana Rita Teodoro envisagera pour ce spectacle, qu’elle donnera en juin au CND. Une première expérience de création artistique collaborative !